BLURAYActu

Alliés : le test BRD.

9 Juin 2017 , Rédigé par TheGame Publié dans #A la une, #blu ray, #brd, #bluray disc, #dvd, #action, #drame, #romance, #thriller, #guerre, #alliés, #allied

Alliés (Allied) sortira en 4K UHD, BRD et DVD le 10 mai prochain chez Paramount.

Synopsis:
Au service du contre-espionnage allié, l’agent Max Vatan rencontre la résistante française Marianne Beauséjour lors d’une mission à haut risque. C’est le début d’une relation passionnée. Ils se marient et entament une nouvelle vie à Londres. Quelques mois plus tard, Max est informé par les services secrets britanniques que Marianne pourrait être une espionne allemande. Il a 72 heures pour découvrir la vérité sur celle qu’il aime.
 
Video: 2.40:1 16/9 1080p HD
Audio: DD5.1 (Anglais, Français) BRD DTSHD-MA5.1 (Anglais) DD5.1 (Français)
Sous-titres: Français, Anglais
Bonus:
- Story of Allied
- From Stages to Sahara: The Production Design of Allied
- Through the Lens: Directing with Robert Zemeckis
- A Stitch in Time: The Costumes of Allied
- ‘Till Death Do Us Part: Max and Marianne
- Guys and Gals: The Ensemble Cast
- Lights, Pixels, ACTION! The Visual Effect of Allied
- Behind the Wheel: The Vehicles of Allied
- Locked and Loaded: The Weapons of Allied
- That Swingin’ Sound: The Music of Allied



Image : **** Son : *** Bonus : *** Film : ** BRD: *** 

BRD: Shooté en digital, presque la norme actuellement, la pellicule ( film ) devient une relique du passé ( mais un film non-tourné sur film est-il encore un film ? Vous avez 4 heures ! ) , Allied possède une image superbe contrastée : les couleurs sont éclatantes, les textures bénéficient d'un rendu de dingue, les noirs sont profonds...allez, on va chicaner en disant que la caméra a tellement bien capté les choses que le maquillage des acteurs se voit parfois un peu trop ... mais cela convient au lissage du film qui offre de belles images mais bien trop propres ( j'y reviendrai ). Le son par contre n'est pas au diapason, comme si le volume n'avait pas été pensé correctement...comme l'image, les effets sonores (voix, bruits, musiques) semblent être présent sans pour autant pouvoir choquer. 
Les bonus sont constitués d'une dizaine de featurettes plus ou moins courtes mais où l'équipe ne semble pas vouloir faire la promo à tout prix, chose rare dans l'exercice des petits reportages comme ceux-ci.

Le film :

Alliés est de ces films bien faits mais pas marquants. Il remplit son cahier des charges avec un certain brio technique ( Zemeckis oblige ) mais ne décolle jamais. Prenant mais jamais palpitant, agréable mais jamais transcendant ( ni transcendé par la mise en scène ). Il ne donne que ce qu'il a promis dans la bande-annonce et rien d'autre. Au mieux on remarquera qu'il n'est pas avare en sang dans une industrie hollywoodienne où le liquide vital est évité à l'écran (ou du moins les blessures létales par lesquelles il s'écoule ) , plaçant le film dans la fameuse catégorie R qui empêche les moins de 17 ans de venir au cinéma non-accompagné ( ce qui diminue les entrées et les recettes. Encore une fois, c'est rare quand les stars employées coûtent un pont ). 
Tout est trop propret : les acteurs au maquillage impeccable, les décors , même dévastés par la guerre, sont d'une propreté et d'un contraste magnifique (le petit film, recommandé, Their finest actuellement en salle et situé également pendant le Blitz de Londres se laisse plus facilement aller à saloper les rues ). Reste une intrigue d'espionnage classique mais efficace qui, faute d'être renversante, arrive à garder le spectateur en éveil le temps que le mystère soit résolu. Le casting secondaire est beau mais sous-employé : la fine fleur du cinéma britannique passe dire bonjour quelques minutes et puis basta. Face à Pitt et Cotillard ( toujours plus classe dans les films américains ) , seul Jared Harris tire son épingle du jeu. Et on se posera encore la question de savoir pourquoi avoir été cherché Mathew Goode ( Watchmen, Match Point ) pour 3 minutes où il est méconnaissable ou encore de comprendre quelle mouche à piqué Robert Zemeckis d'engager Raffey Cassidy , la jeune révélation de Tomorrowland ( Brad Bird, 2015 ) si c'est pour la montrer de dos ou sur quelques photos vite passées devant l'objectif. Un film qui se tient techniquement mais terriblement banal dans son écriture. Le verre est à demi-vide ou à moitié plein selon l'humeur au moment d'éteindre le lecteur...


Test rédigé par Geoffrey.

Alliés : le test BRD.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article