BLURAYActu

The Shallows : le test BRD.

13 Janvier 2017 , Rédigé par TheGame Publié dans #A la une, #blu ray, #brd, #bluray disc, #dvd, #drame, #horreur, #thriller, #the shallows

Instinct de Survie (The Shallows) sortira en BRD et DVD le 21 décembre prochain chez SPHE.

Synopsis:
​​Dans ce thriller éprouvant pour les nerfs, Nancy (Blake Lively) surfe en solitaire sur une plage isolée, lorsqu'elle est attaquée par un grand requin blanc. Elle se réfugie sur un rocher, hors de portée du squale. Elle a moins de 200 mètres à parcourir à la nage pour être sauvée, mais regagner la terre ferme sera le plus mortel des combats... Fera-t-elle la traversée?

Video: 2.39:1 16/9 BRD 1080p HD
Audio: DD5.1 (Anglais, Français) BRD DTSHD-MA5.1 (Anglais, Français, Italien)
Sous-titres: Français, Anglais
Bonus:
- Scènes supplémentaires
- Comment fabriquer un requin ?
- Le tournage de Instinct de Survie
- A la recherche de la plage parfaite: l’île de Lord Rowe
- Quand les requins attaquent


Image : **** Son : **** Bonus : ** Film: *** BRD : ***

Le BRD
: Amateurs d'images exotiques, de sables fins et d'eau turquoise sous un soleil brillant, vous allez être aux anges. C'est beau, c'est pas granuleux, ça semble sorti du National Geographic et ça donne envie de se baigner (enfin, pas dans ces eaux-là à cause du squale qui rôde mais vous avez saisi l'idée). Pas d'esbroufe, juste du beau. Niveau sonore, rien à redire, tout est clair et les sons ne viennent pas marcher sur les plats-de-bandes des autres sonorités. Bref, on ne doit pas jouer avec les réglages et la télécommande. Les bonus sont peu nombreux mais intéressants : le relatif échec en salles ne jouant pas en la faveur de ce genre de petits films, les distributeurs ne voient pas l'intérêt de caser des bonus à ras-la-gueule de la galette numérique.


Le film : Le principal défaut de ce film et bien...c'est son studio de production. Avec un tel synopsis, le long-métrage (relativement ramassé, 86 minutes ) a tout pour être une série B sans prise de tête et gore. Malheureusement, la recette est effectuée dans le carde d'un grand studio qui , certes , a laissé une marge de manouvre mais prévoit de lancer le film dans un circuit mainstream. Cela limite un peu la portée horrifique de la chose. 

Mais, mais...
Voila un film rondement mené. Si, en analyse pure, le film progresse vers le capilotracté à mesure qu'il brasse les images de Blake Lively en train de tenter de sauver sa belle peau bronzée, le rythme et le crescendo font passer comme une lettre à la poste les péripéties durant la période de projection. La suspension de crédulité marche ici à plein régime malgré des coïncidences bien opportunes pour notre héroïne étudiante en médecine qui aura les connaissances et l'imagination nécessaire pour transformer des objets ordinaires en équipements de premiers secours improvisés. Qu'importe, la tension, le suspense et les quelques relatifs moments de calme font qu'il est difficile de lâcher cette énième histoire de requin tueur complètement obsédé par le fait de tuer des humains. 

Faits rares dans des films de studios : il y a des blessures corporelles bien sanguinolentes, des carcasses d'animaux à la chair apparente et si le film joue sur un autre registre que Les dents de la mer  (Spielberg cachait alors que le requin est une menace identifiée très vite ici et ne se prive pas de se montrer dans une splendeur rare pour des effets en images de synthèse ) , c'est pour aller à l'essentiel de son sujet pas tiré en longueur. 

Une surprise sympathique qui ne révolutionnera pas le genre mais agréable à l'œil. 
Après oui, on peut aussi y voir une certaine tendance à mettre en avant la plastique de Blake Lively...mais sans la vulgarité dont ferait preuve Michael Bay quand on lui demande de faire du fric à tout prix ( revoyez comment sont filmées les actrices dans ses films moins bourrins pour le plaisir de détruire, c'est le jour et la nuit. Mais c'est un autre sujet).


Test rédigé par Geoffrey.

The Shallows : le test BRD.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article