BLURAYActu

Jurassic World : le test BRD.

1 Octobre 2015 , Rédigé par TheGame Publié dans #A la une, #blu ray, #brd, #dvd, #action, #aventure, #science fiction, #thriller, #jurassic world

Jurassic World : le test BRD.

Jurassic World sortira le 7 octobre prochain en BRD et DVD chez Universal. Voici les détails ainsi que le visuel.

Synopsis:
En effet, 22 ans après les événements tragiques de 1993, un nouveau parc a ouvert ses portes sur Isla Nublar, au large du Costa Rica. C’est plus de vingt mille visiteurs qui débarquent chaque jour à Jurassic World, le “plus grand parc à thèmes jamais construit dans l’histoire humaine” pour profiter pleinement du cadre idyllique de l’île et de ses attractions. Mais le succès commercial du parc repose sur le génie scientifique du Dr Wu, un généticien jadis embauché par IGEN, la société à l’origine du premier parc. Sans cesse encouragé à repousser les limites éthiques de la science, il a créé un dinosaure génétiquement modifié aux capacités inconnues… le gigantesque et féroce Indominus Rex. Mais quand celui-ci parvient à s’échapper et disparaît dans les profondeurs de la jungle, le chaos éclate sur l’île. Owen (Chris Pratt, Les Gardiens de la Galaxie, “Parks and Recreation”), ex-militaire et dresseur de vélociraptors et Claire (Bryce Dallas Howard, The Help, The Twilight Saga), l’ambitieuse directrice des opérations du parc, essaient alors de restaurer l’ordre et se lancent surtout, à la recherche de Gray et Zach, neveux de cette dernière. Désormais, rien ni personne n’est plus en sécurité sur l’île…

Video: 2.00:1 16/9 BRD 1080p HD
Audio: DD5.1 (Anglais, Français) BRD DTSHD-MA7.1 (Anglais) DTS5.1 (Français)
Sous-titres: Français, Anglais
Bonus:
- Welcome To Jurassic World
- Jurassic World: All-Access Pass:
- Innovation Center Tour With Chris Pratt
- Dinosaurs Roam Once Again
- Deleted Scenes
- Chris & Colin Take On The World


L’image : **** Le son : **** Les bonus : ** Le film : 0 Le BRD : **


Le BRD : Il faut rendre à César ce qui appartient à César, la direction photo étant très belle, le rendu de l’image est lui aussi à tomber. Les contrastes, les couleurs, les noirs profonds. Difficile de trouver un défaut dans ce domaine particulier. Au rayon de la qualité sonore, rien à redire non plus, le mixage offre une belle zone de jeu à la musique, aux bruitages et aux dialogues. Les pistes sonores ne viennent pas se faire concurrence et c’est fort appréciable.
Les bonus oscillent entre le promo et l’informatif mais rien de transcendant : nous sommes très loin des making-of dont jouissaient Jurassic Park et The Lost World, qui restent encore des modèles du genre dans leur domaine.

Le film : L’année 2015 est marquée par une étrange maladie : la nostalgie. Jurassic Park , Terminator, Mad Max et Star Wars (qui va seulement sortir mais comme nous serons toujours en 2015, vous n’avez rien à me dire sur ma phrase bande de petits canailloux ! ). 4 films issus d’anciennes et illustres lignées, un seul initié par l’auteur d’origine (Mad Max) et non par des producteurs avides de pognon facile. Bref, là ou Mad Max, dès ses bandes-annonces promettait de l’original, Jurassic World se vautrait dans le « Regardez comme je cite le film d’origine en ajoutant des couches ! Vous voyez comme je suis fidèle ??? ».
Dans le jargon, on pourrait dire qu’il y a une gonade dans le potage : si l’ambition est de vendre un remake déguisé, autant ressortir Jurassic Park au cinéma ( ce qui avait eu lieu en 2013 : le film n’avait rien perdu de sa puissance évocatrice et technique ).

Et bien entendu, ça ne rate pas : le potage est indigeste et concocté par l’antithèse d’un réalisateur talentueux : aucun plan n’est emblématique, et ce qui marche a été piqué ailleurs ( un pillage en règle des films de Spielberg et de l’Avatar de James Cameron, rien que ça ).
L’écriture est fade , facile, caricaturale et issue des pires moments des années 80 ( les punchlines idiotes feront sourire à condition de ne pas prendre le cinéma pour un art sérieux, pourtant capable de divertir : l’un n’empêche jamais l’autre vous savez !) : entre un héros qui se la pète ( macho, sexiste ) , une héroïne à côté de ses pompes ( des escarpins, qu’elle ne quitte pas d’une semelle même pour échapper à des gros prédateurs avides de chair et de sang et qui, malgré ses responsabilités, se comporte comme une stagiaire débutante), des gamins (parce que faut faire comme Spielberg et mettre des gosses ) plus bêtes que les pieds de Paris Hilton ( ah ça, c’est pas comme chez Spielberg : pour l’envie de respecter le maître, on repassera). Les morts sont tournées avec une complaisance crasse pour la violence et l’horreur, comme si le calvaire des victimes pouvaient être cool !
On retiendra pourtant quelques minutes réussies : la chasse des raptors (mais probablement parce que voir des raptors en action c’est toujours classe).
Difficile de se décider sur un point : le film a-t-il été fait par des imbéciles ou bien dans le but de prendre les gens pour des idiots ?

Nous terminerons en citant un film Universal : Jurassic Park. Dans ce film, Ian Malcolm lâche une phrase qui résume parfaitement Jurassic World : « C’est vraiment un gros tas de merde ! ». Merci Jeff Goldblum. Et merci Spielberg pour tes deux chefs-d’œuvre préhistoriques ! Par contre Steven, ton petit côté producteur qui aime bien la monnaie, ça commence en te laisser faire tout et n’importe quoi comme producteur : faudrait penser à te reprendre à ce niveau-là parce que ça fait tâche sur ton C.V presque nickel.



Test rédigé par Geoffrey.

Jurassic World : le test BRD.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Yajirobé 13/10/2015 13:10

Mad Max Fury Road original ? C'est l'acte final du deux étiré sur deux heures de films. Et puis pas de Gibson, pas de Mad max.

Geoffrey 14/10/2015 16:09

: https://www.youtube.com/watch?v=XAWB__OLKRc
et celle-ci aussi, même si Mad Max n'est évoqué qu'à la fin : https://www.youtube.com/watch?v=NfOqf_S9yN4