BLURAYActu

Tomorrowland (Brad Bird) : la critique du film.

10 Juin 2015 , Rédigé par Geoffrey Publié dans #A la une, #action, #aventure, #science fiction

Tomorrowland (Brad Bird) : la critique du film.

Casey Newton, une brillante adolescente férue de science, s’embarque avec Frank Walker, autrefois jeune inventeur de génie, dans une périlleuse aventure. Ils veulent découvrir un lieu mystérieux situé entre le temps et l’espace et qui semble n’exister que dans leur mémoire commune : Tomorrowland.

Avec George Clooney,Hugh Laurie, Britt Robertson, Judy Greer.

20 Mai 2015.

Brad Bird, le réalisateur des films d’animation que sont Le Géant de Fer, Les Indestructibles et Ratatouille, était passé derrière la caméra physique avec Mission :Impossible-Ghost Protocol .La même année, son collègue Andrew Stanton, réalisateur de Wall-e, sortait son « John Carter », produit par Disney. Et Disney refait le même coup : foirer la campagne de promo. Mais on y reviendra ensuite.


Bref, Brad Bird ancien de Pixar et de facto proche de Disney, accepte de rejoindre le projet « Tomorowland » et d’y imprimer sa patte (mais pas que la sienne, on y reviendra aussi).
Bref, Disney était un studio écolo, on le voit recycler ses idées depuis des années maintenant : que ça soit des faux remakes de ses films d’animation ( tous plus terribles les uns que les autres et même moralement douteux dans le cas de Maleficient/Maléfique avec Angelina Jolie) ou, plus fou, recycler des attractions de Disneyland pour en faire des longs métrages. La trilogie « Pirates des Caraïbes » (non, y a pas eu de 4 , non ! ) sort de là : une attraction mineure sur laquelle les scénaristes et le réalisateur Gore Verbinski ont pu faire ce qu’ils voulaient.
et bien, Tomorrowland, c’est pareil. La base provient de Disneyworld, mais le film est la somme de son réalisateur et ses scénaristes ! Bref, un autre titre et un autre studio pouvait nous sortir le même film. Ajoutons que Disney produit des films « live » depuis les années 50 ( L'île au trésor, 20.000 lieus sous les mers, etc...)
La polémique c’est un film Diseny donc ça suit la logique Disney n’a même pas à aller plus loin, merci.


Cassey Newton est une jeune adolescente de 16-17 interprétée par Britt Robertson (qui a en réalité 25 ans) dont le père est ingénieur à la NASA. Elle tient du papa un intellect supérieur voir supérieur à celui de son géniteur. La NASA ayant abandonné ses projets, les plateformes de lancement sont démontées et son père travaille à ce démantèlement. Quand il n’y aura plus rien, son père sera sans emploi. Voila pourquoi Cassey s’introduit illégalement sur le terrain pour saboter les grues et faire gagner à son père du temps avant sa mise à la porte. Un jour, elle entre en possession d’un étrange pin’s qui, une fois touché, vous projette dans une vision d’une ville au look retro-futuriste où tout semble possible grâce à la science avancée. ( Tomorrowland, c’est un peu Poudlard,l’école de magie d’Harry Potter, pour les génies scientifiques en fait).
Cassey se met en route pour trouver cet endroit et rencontre Frank Walker, ancien inventeur juvénile qui a perdu ses illusions sur le monde et joué par George Clooney qui a pris visiblement beaucoup de plaisir à s’amuser en faisant ce film. Son humour à froid et désabusé lui vont très bien.
J’en ai sans doute trop raconté donc je n’irai pas plus en détails sur les personnages incarnés par Hugh Laurie ( la seconde vie du Dr House commence à prendre au ciné, et c’est un vrai plaisir de le revoir même s’il joue à la « House » sans vraiment proposer autre chose mais le kiff est là, et le personnage d’Athéna, jeune fille incarnée par Raffey Cassidy, jeune actrice sorte de mini Audrey Hepburn, qui livre un jeu étonnant qui nous rappelle que, parfois, des réalisateurs arrivent à faire ce que seul Steven Spielberg fait : tirer une performance exceptionnelle d’un enfant. Et c’est le cas ici.


Brad Bird s’amuse et nous amuse avec une réalisation classe et moderne sans céder aux effets faciles (beaucoup d’effets spéciaux certes mais toujours là pour accompagner et non écraser les acteurs : il le dit lui-même, Spielberg a été une inspiration sur ce projet, tout il l’a été pour J.J Abrams depuis qu’il fait du cinéma. Et ça se sent, ce film aurait pu être réalisé par le grand Steven si cette humaniste convaincu n’avait pas commencé à perdre sa foi en l’humanité (et je dis ça sans le juger aucunement : lui, plus que tout autre, a changé ma vision du cinéma, faisant de votre serviteur un cinéphile alors qu’il aimait juste aller au ciné comme tout le monde).
On retrouve les goûts de Bird pour les gadgets, les visions d’une autre époque etc…Tommorowland ( tant le film que le lieu ) est imprégné de rétro-futurisme ( la vision du futur que l'on avait dans le passé). Cet aspect rétro-futuriste (et même un peu steampunk lors d'une séquence particulière), participe à l'ambiance et la volonté de Bird de se poser en défenseur d'une ambiance certes empreinte de suspens et d'action mais définitivement anti-grim & gritty (le grim & gritty est une période sombre, cynique, violente, désabusée et parfois nihiliste qui a commencé dans les comics des années 80 et a contaminé la fiction en générale dès les années 90 ). En citant l'époque de Jules Verne, de Nikola tesla, etc...Bird convoque une époque qui avait foi dans la science pour améliorer la vie humaine. Ce qui est la base du projet « Tommorowland ».


Cette foi en la science est palpable dans les propos de plusieurs personnages, en particulier Cassey qui, devant le discours alarmant de ses professeurs qui débutent des faits et des causes, les poussent à donner des solutions. Solutions qu'ils n'ont pas. Vous la sentez la charge contre le système enseignant tel que conçu chez nous ? ( et défendu avec trop d'assiduité pour être vraiment honnête par la saga Harry Potter ? ).


Niveau charge, le film est également une charge (oui, je me répète ) contre le manque d'ambition de la société ( du politicard au simple citoyen ), charge contre le manque d'imagination ( nous vivons une époque qui se repose encore et encore sur le recyclage de vieilles technologies : le cd a donné le dvd, le dvd a donné le blu-ray mais il s'agit d'améliorations et non d'innovation ! Je ne peux que vous conseiller le livre « Futurs ? La panne des imaginaires technologiques. » si le sujet vous branche ou vous interpelle).


Il est notable que ce film, du pur Brad Bird, soit aussi le reflet des constructions scénaristiques de son scénariste principale, Damon Lindelof ( Lost, Prometheus, Star trek Into Darkness ) : il aime poser ses personnages et introduire des flashbacks. Devinez ce qu'on retrouve ici pour tout mettre en place et enrichir le background ?


J'ai parlé de Spielberg plus haut dans cette critique, j'y reviens encore une fois. Le grand barbu (oui, Spielby et Dieu ont le même surnom. Coïncidence ? Je ne crois pas ! ) est une des influences revendiquées par le réalisateur ( il le disait sur Twitter, je ne spécule pas ) et cela se ressent. Le film aurait pu être une création spielbergienne si le multi-oscarisé n'avait pas bifurqué ces dernières années vers un certain pessimisme quant à l'avenir de l'humanité (et comme le mec est un humaniste, ça doit lui faire mal).


En oeuvrant à fournir du rêve tout en poussant à rêver, le film de Brad Bird est un must see, aussi bien pour les adultes, les ados et les enfants. Emmenez les voir ce film seulement, ne les enfermez pas dans l'air du temps qui consiste à accélérer alors que le mur est devant !

Tomorrowland (Brad Bird) : la critique du film.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article